À propos

Ce carnet Hypothèses a pour but de promouvoir le séminaire “Thermalisme et Politique (XVIIe-XIXe siècle)”, animé par Samuel Cuisinier-Delorme (Maître de Conférences, anglais, Université Clermont Auvergne, IHRIM UMR 5317), Sophie Vasset (Maître de Conférences, anglais, Université de Paris, LARCA UMR 8225) et François Zanetti (Maître de Conférences, histoire, Université de Paris, EA ICT).

Ce séminaire vise à interroger les enjeux politiques autours des eaux minérales et des villes thermales de l’époque moderne. La médecine des eaux s’organise différemment selon les pays d’Europe : en France, elle se développe autour d’institutions multiples (hôpitaux, sanatoriums, fermes d’exploitations thermales). L’État cherche à assurer le contrôle de celui de l’eau elle-même et institutionnalise le thermalisme en développant un savoir d’état sur ces pratiques, qui s’accompagne de politiques de santé publique pour en faciliter l’accès. En Angleterre, l’assistance est agencée par des souscriptions, les sociétés de bienfaisance et des hôpitaux privés (Borsay, 1999). Par ailleurs, cette médecine s’exporte dans les colonies : les colons créent des stations thermales dans les colonies, et reviennent soigner leurs maladies coloniales aux eaux nationales (Jennings, 2009). La question de la propriété de l’eau, un bien commun (commons), est centrale dans tous ces développements institutionnels et entrepreneuriaux : à qui appartient l’eau ? La ville, l’état, les usages, les exploitants ? Principalement associées aux loisirs (jeux, courses et divertissements) plus encore qu’à la médecine, les villes thermales sont aussi des lieux de diplomatie, de sociabilité européenne. Ces espaces périphériques ont eu un rôle récurrent dans les conflits internationaux, et font l’objet de multiples tensions de politique locale. Ils sont aussi le lieu d’une sociabilité féminine qui organise, au gré des saisons, des rencontres régulières (Hurley, 2006). Si ces sociabilités créent un ensemble de représentations satiriques, les villes thermales sont aussi le lieu d’une autre société possible, tant par l’interculturalité qu’elles proposent que par la recréation de traditions locales réinventées pour l’agrément des curistes.

PARTENAIRES