Séance du mardi 9 février 2021 (10h/12h)

Institutionnalisation des savoirs chimiques et thérapeutiques
Séance commune avec le séminaire « Histoire des savoirs à l’époque moderne »
Lieu : Séance en ligne sur Zoom

  • Armel Cornu-Atkins (Université d’Uppsala, Suède) : « Les critères d’évaluation d’une eau minérale au XVIIIe siècle : entre chimie, médecine et commerce »
  • Isabelle Robin (CRM, Sorbonne Université) : « Un médecin et les eaux minérales. Savoirs, pratiques et usages au début du XVIIIe siècle. »

Cliquez ici pour vous inscrire à la séance

« Les critères d’évaluation d’une eau minérale au XVIIIe siècle : entre chimie, médecine et commerce »

Armel Cornu-Atkins (Université d’Uppsala, Suède)

Évaluer la qualité d’une eau minérale est une opération délicate, lourde d’enjeux scientifiques comme sociaux. Ma communication vise à décrire les difficultés rencontrées par les savants des Lumières lors de leurs analyses, et à montrer en quoi ces obstacles contribuent à créer un protocole d’évaluation qui devient essentiel au commerce bourgeonnant des eaux.

Les eaux minérales du XVIIIe siècle sont distribuées et employées comme remèdes. Leur popularité inquiète à la fois les autorités médicales et les pouvoirs publics, qui ne reçoivent que trop souvent des plaintes concernant les abus de ce commerce. Un besoin d’établir un système d’évaluation fiable se fait ressentir. Un tel système se doit de produire une description scientifique de l’eau en question, la désignant comme possédant de véritables propriétés médicinales, et par conséquent méritante de faire partie du réseau des eaux françaises.

Médecins comme chimistes s’attellent à la tâche, tentant de surmonter par un protocole strict la nature inconstante et volatile des eaux minérales. Leurs résultats doivent être convaincants, car nombreux sont ceux qui ont beaucoup à perdre si une eau se révèle insuffisante. Ces savants doivent négocier les intérêts particuliers avec ceux des autorités gouvernementales, tout en conservant leur propre identité disciplinaire. Des complexités de cette négociation naît un nouvel élan scientifique autour de l’analyse des eaux minérales.

 

« Un médecin et les eaux minérales. Savoirs, pratiques et usages au début du XVIIIe siècle »

Isabelle Robin (CRM, Sorbonne Université)

Dans une histoire très ample du développement du thermalisme et des usages thérapeutiques des eaux en Europe moderne, je propose de m’arrêter au tout début du XVIIIe siècle sur un médecin afin tenter d’appréhender le point de vue d’un individu, partie prenante de ces savoirs. A cette époque, la curiosité toujours plus aiguisée des chimistes pour la composition de ces eaux le dispute aux prescriptions des médecins qui ont fait une place aux eaux en boisson, et de plus en plus sous forme de bains, entre le régime de vie et les remèdes. L’usage de ces eaux ressort également de la banalisation des remèdes chimiques, à base de métaux et de sels. Enfin, l’engouement du public pour les eaux et les séjours aux eaux ne se dément pas et continue à se développer.

A bien des égards, Etienne François Geoffroy peut constituer un exemple intéressant pour questionner de façon simultanée les savoirs sur les eaux thermales et les pratiques thérapeutiques. Comme chimiste, il a pratiqué, quoique de façon limitée, l’analyse des eaux et surtout pris connaissances des travaux d’autres savants sur le sujet dans les premières décennies du XVIIIe siècle. Comme praticien, il a prescrit les eaux minérales à des fins curatives à bon nombre de ses patients. Il s’agira donc d’examiner d’une part les savoirs chimiques et savants qu’il peut mobiliser, d’autre part, de rendre compte de ses expériences personnelles et professionnelles des eaux thermales.

Cliquez ici pour vous inscrire à la séance

Séance du vendredi 15 Janvier 2021 (15h/18h)

Stratégies commerciales : l’eau dans tous ses états
Séance commune avec le séminaire « Histoire de la médecine, des savoirs sur le corps et de la mort »
Lieu : Séance en ligne (lien sur demande)

« Bains liquides ou bains de vapeurs : concurrences thérapeutique et commerciale entre deux états de l’eau (France – premier XIXe siècle) »

Mathilde Martinais (ICT, Université de Paris)

Entendu comme « l’immersion d’un corps dans un fluide quelconque » (Guietand George, Essai d’un mémoire raisonné sur l’usage et la propriété des bains de vapeur, Paris, Le Becq, an X, p. 4), le bain s’administre dans la France du premier XIXe siècle non seulement sous forme liquide mais également sous forme vaporeuse, et ce de façon croissante. Les établissements offrant ce dernier type d’immersions à des fins thérapeutiques se multiplient alors dans les villes (Paris, Lyon, Toulouse, Reims). Des vapeurs d’eau chargées en minéraux y sont administrées à l’aide de diverses machines pour notamment guérir les dartres, la goutte, les rhumatismes ou encore la paralysie. Ce sont ces mêmes maladies que les cures thermales se proposent de soigner grâce à des bains traditionnels. Se dessine alors une concurrence entre deux thérapeutiques agissant pourtant différemment : alors que la vapeur stimule le mouvement excentrique des fluides corporels, les bains liquides, au contraire, favorisent leur concentration sur les organes internes. Cette dynamique serait la cause de la dégradation de l’état de santé des patients se rendant aux eaux à en croire les rédacteurs de brochures promouvant les établissements fumigatoires. Partiellement justifiées par des arguments médicaux, ces accusations relèvent surtout du topos dissimulant les véritables enjeux commerciaux qui mettent aux prises deux cures proches et souvent complémentaires. Celles-ci sont d’ailleurs réunies dans l’établissement balnéo-fumigatoire du médecin lyonnais Toussaint Rapou, dont le cas met en évidence la dimension économique de la concurrence entre ces deux thérapeutiques.

***************

« La pharmacie Gosse et les eaux minérales artificielles à Genève (1789-1805) »

Philip Rieder (IEH2, Université de Genève)

L’engouement pour les eaux-minérales est attesté par différentes sources à la fin de l’Ancien Régime. Les médecins en confèrent longuement avec des malades avant de les envoyer faire une cure ou de leur proposer de boire des eaux issues d’une source choisie avec soin. Comment cette mode s’intègre-t-elle dans les pratiques de consommation médicamenteuse ? Que consomment, au final, les malades ? Quelles sont les enjeux financiers ? Dans quelle mesure les eaux-minérales factices répondent-elles à cette demande ?

Ces questions, et bien d’autres encore, seront abordées au travers de l’étude des différentes entreprises de Henri Albert Gosse, un chimiste et pharmacien genevois qui ouvre sa boutique en 1789 et crée, en 1790, avec ses associés Paul et Schweppe, une Compagnie de production d’eaux minérales factices. Le livre de comptes de la pharmacie, de fait les comptes de clients qui achètent à crédit, permet de reconstituer les achats fait par des clients à la pharmacie. Les sources relatives aux activités de la Compagnie des eaux sont l’occasion de reconstituer les projets techniques et chimiques de la Société, ainsi que ses objectifs économiques et ses prises de position médicales.