Archives de catégorie : Séances 2021-2022

Séance du vendredi 20 mai 2022 (14h30-16h30)

L’eau des médecins – Europe XVIe-XVIIIe

Lieu : en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Patrick Fournier (Université Clermont Auvergne) : « Menaces et vertus de l’eau de boisson en France (fin XVIIe siècle – fin XVIIIe siècle) »
  • Elisa Andretta (LARHRA, UMR 5190) : « Eaux contestées : débats et controverses autour des rivières dans l’Italie du XVIe siècle »

***

« Menaces et vertus de l’eau de boisson en France (fin XVIIe siècle – fin XVIIIe siècle) »

Patrick Fournier (Université Clermont Auvergne)

Quelles eaux buvaient les populations au XVIIIe siècle ? La consommation d’eau obéissait à des critères différents selon le lieu, les catégories sociales et les politiques locales. Différents traités médicaux évoquent la question de la qualité de l’eau de boisson et définissent des critères pour différencier eaux potables et non potables. Les vertus médicinales de l’eau sont aussi l’objet de considérations médicales. Il n’est pas facile de rendre compte de la mise en pratique de ces savoirs et recommandations. Toutefois, les enquêtes et correspondances médicales devenues plus nombreuses au cours du XVIIIe siècle permettent de rendre compte des appréciations et conseils pratiques des acteurs de la santé confrontés aux habitudes des populations. Certaines sont publiées dans la presse médicale et les mémoires des académies, d’autres sont restées manuscrites. En confrontant ces données aux archives des communautés urbaines et rurales sur les aménagements hydrauliques et, dans quelques cas, sur les analyses chimiques de l’eau, il est possible de cerner des évolutions de la demande sociale et des efforts réalisés pour améliorer la qualité des eaux de boisson. Les évolutions du savoir et de l’hygiène, annonciatrices de ruptures plus fondamentales au siècle suivant, ne doivent cependant pas être ramenées à un progrès constant : les enjeux économiques pèsent sur la réalité sanitaire et les maladies véhiculées par une eau contaminée restent très fréquentes tout au long de la période étudiée.

 

« Eaux contestées : débats et controverses autour des rivières dans l’Italie du XVIe siècle. »

Elisa Andretta (LARHRA, UMR 5190)

Au début de l’Italie moderne, les rivières ont fait l’objet d’intenses conflits administratifs, juridictionnels et intellectuels. Alors que les autorités municipales et étatiques se disputent leur administration et leur exploitation, les rivières s’affirment comme un nouvel objet de savoir. Au cours de mon intervention, je me concentrerai sur un type particulier de débat, celui qui oppose les médecins et les philosophes pour les définir comme objets de savoir. Quel type de connaissances est le mieux à même de décrire leur nature ? Quel genre de savant peut prétendre à une expertise sur ces objets naturels ? Qui doivent être les conseillers légitimes des autorités dans la gestion des urgences liées à leur nature imprévisible ?
Ce ne sont là que quelques-unes des questions qui traversent les cercles de savants italiens à une époque où un nouvel intérêt pour les rivières émerge fortement et où les savants sont confrontés, d’une part, à un manque de littérature ancienne sur le sujet et, d’autre part, aux  informations concernant les rivières de mondes lointains qui commence à se répandre dans l’Europe de l’époque.

Séance du mardi 15 mars (17h30-19h30)

Thermalisme en Europe : espaces et patrimoine

Lieu : Université de Paris (Campus Paris Rive-Gauche, Bât. Olympe de Gouges, salle 830 – 8 place Paul Ricoeur, Paris 13e – M° Bibliothèque F. Mitterrand) et en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Astrid Köhler (Queen Mary – Universiy of London) Christian Noack (Universiteit van Amsterdam) : « The European Spa: local histories and transnational entanglements »
  • Stéphane Blond (Université d’Évry-Val d’Essonne) : « La ville de Spa, épicentre de l’Europe des Lumières »

***

« The European Spa: local histories and transnational entanglements »

Astrid Köhler (Queen Mary – Universiy of London) Christian Noack (Universiteit van Amsterdam)

Our presentation reflects the practice of taking the waters and the development of spa towns associated with it, including their influence on the emergence of seaside and climatic resorts. We understand this as a pan-European phenomenon marked both by transnational trends and local specificities, bridging the gap between local peculiarities and pan-European developments is the focus of our research project The European Spa as a Transnational Public Space and social Metaphor (www.theeuropeanspa.eu). Our project sets out to rethink the spa as a core concept and object of European debate. It investigates how the European spa, with its characteristic institutions such as the Kurpark, sanatorium, grand hotel and casino, developed into a transnational public space and functioned as a stage for the negotiation of political, social and cultural issues of European relevance. The innovative nature of the project is based, on the one hand, on its transnational and multidisciplinary dimensions, combining historical, cultural and literary approaches. On the other, we employ the state-of-the-art database software nodegoat, developed at the University of Amsterdam, which allows us to visualize the emergence and expansion of the spa phenomenon on a European scale and over the long durée (18th-21st centuries).

 

« La ville de Spa, épicentre de l’Europe des Lumières »

Stéphane Blond (Université d’Évry-Val d’Essonne)

Au cœur du massif montagneux de l’Ardenne belge, la ville de Spa connaît son âge d’or au XVIIIe siècle. Renommée depuis l’Antiquité pour la qualité de ses eaux parées de vertus médicinales, cette cité bénéficie d’une position stratégique au nord de l’Europe, couplée à l’encouragement porté par les autorités politiques locales. Installée au sein de la principauté épiscopale de Liège, elle-même intégrée aux Pays-Bas autrichiens, la ville de Spa devient au milieu du XVIIIe siècle, une étape incontournable du Grand Tour européen. Chaque année, elle accueille plusieurs centaines de visiteurs prestigieux venus d’Europe (chefs d’État, diplomates, administrateurs, grands financiers, etc), avec autant de trajectoires internationales dont l’analyse est passionnante. Pour faire face à cette attractivité étendue, la ville s’agrandit et multiplie les établissements d’accueil des visiteurs appelés Bobelins. Ces démarches permettent d’examiner les réponses apportées localement à un puissant effet de mode.

À partir d’une cartographie animée de l’extension urbaine et d’une analyse des Listes de seigneurs et dames, cette communication propose une étude comparative des pratiques sociales d’une ville d’eau, comme de l’attractivité de ce pôle sur de longues distances. Cette démarche s’inscrit en prolongement d’un travail de recherche international ayant contribué à la mise en œuvre d’une base de données portant sur près de 35 000 visiteurs, avec une reconstitution en 3 dimensions du parcours-promenade des sources et des fontaines de Spa. En ce sens, la communication proposée s’inscrit dans la lignée porteuse des nouvelles manières de faire de l’Histoire, avec une approche mêlant de nombreuses disciplines : histoire, géographie, sociologie, cartographie animée, reconstitutions et sciences.

Vidéos en ligne : Les grandes heures de Spa, histoire d’une ville d’eaux

Séance du lundi 13 décembre (10h-12h)

Politiques touristiques des villes d’eaux Lieu : en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Laetitia Levantis (Aix-Marseille Université) : « Venise thermale : les bains dans le secteur hôtelier et dans les établissements privés de la seconde moitié du XIXsiècle »
  • Viviane Delpech (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : « Grands investissements, grands succès ? Politiques urbanistiques et patrimoniales des villes d’eaux dans les Pyrénées occidentales depuis le XIXe siècle »

***

« Venise thermale : les bains dans le secteur hôtelier et dans les établissements privés de la seconde moitié du XIXsiècle »

Laetitia Levantis (Aix-Marseille Université)

Au XIXe siècle, la littérature médicale vénitienne et européenne exaltant les qualités exceptionnelles du microclimat lagunaire de Venise est à l’origine de l’apparition d’un tourisme balnéaire dans le centre historique de la ville. Les diverses entreprises mises en œuvre par les médecins, les propriétaires d’hôtels, plus tard rejoints par l’investissement de particuliers, sont encouragées par l’administration autrichienne – à la tête de la ville depuis 1815 –, dans le but de renouveler l’offre touristique vénitienne. En plein âge d’or des lieux de cure et de l’hydrothérapie, la Sérénissime développe ainsi sa propre fonction balnéothérapique avec la création de nombreux établissements destinés à la médication par les eaux et au bain dans les canaux.  Se dessine alors les contours d’une « Venise thermale » au succès grandissant dans la seconde moitié du siècle, qui développe une offre importante en matière de soins à partir de ses propres ressources naturelles (eau lagunaire, algues, boues marines…) à destination de la clientèle aisée qui fréquente ses plus célèbres hôtels, ainsi que les nombreux établissements créés par des négociants ou industriels souhaitant participer à l’aventure des bains de Venise. J’évoquerai donc dans cette intervention l’offre thermale et hydrothérapique du secteur hôtelier vénitien, et des structures thérapeutico-balnéaires flottantes ancrées dans le Grand Canal, à l’image des bains de Lorenzo Chitarin à l’Abbazia di San Gregorio, ou de l’établissement de Francesco degli Antoni situé dans la zone de San Samuele, tout près du Palais Grassi.

« Grands investissements, grands succès ? Politiques urbanistiques et patrimoniales des villes d’eaux dans les Pyrénées occidentales depuis le XIXe siècle »

Viviane Delpech (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Au XIXe siècle, le phénomène thermal en Béarn et en Bigorre connaît une telle ampleur que les pouvoirs publics, qui le régulent depuis le Moyen Âge, y voient une manne providentielle pour assurer la vitalité économique de leur territoire. Dans le tourbillon frénétique de la « fièvre thermale », ces communautés de toutes tailles engagent avec enthousiasme de grands investissements visant à améliorer leurs prestations et leur confort, attirer les étrangers en villégiature et asseoir leur notoriété. À la croisée de la santé et des loisirs, cette industrie renouvelée exploite l’héritage romantique de la célébration de la nature tout en profitant de l’essor des libertés individuelles et de l’économie libérale. Relevant tout à la fois de l’intérêt général et d’enjeux financiers et politiques, les projets fomentés par les stations thermales pyrénéennes se composent, comme ailleurs, d’établissements de bains, de casinos, de parcs, de promenades, de lieux de dévotion et autres infrastructures. S’ils illustrent le dynamisme et le développement inespéré de terres traditionnellement agropastorales sous l’égide de grandes volontés politiques comme celle de Napoléon III, ces projets, colossaux pour les localités et les syndicats de vallée qui les portent, sont, en fonction de stratégies plus ou moins pertinentes, tour à tour garants de succès ou voués à l’échec. Traces matérielles d’une histoire prestigieuse, ils sont devenus de nos jours un riche et fragile patrimoine à transmettre, dépendant, là encore, de l’action politique autant que de la conscience mémorielle de la société civile.

Séance du mercredi 27 octobre 2021

Pratiques religieuses et villes d’eaux
Lieu : Université de Paris + en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Andrea Toffolon (Università degli studi di Padova, Università Ca’ Foscari Venezia) :   « Holy Spas. Religion and Medicine in Early Modern Venice.  »
  • Liesbeth Corens (Queen Mary – University of London) :  « « Out of Time: Temporality and Confessional Relations in an International Spa Town »

***

« Holy Spas. Religion and Medicine in Early Modern Venice. » 

Andrea Toffolon (Università degli studi di Padova, Università Ca’ Foscari Venezia)

In the early fifteenth century, a soldier saw a Marian apparition in the city of Monteortone, near the Paduan baths of Abano; the Madonna promised to heal his wounds if he would have taken the water of the nearby thermal source. The soldier followed the instructions and so he was healed; then he found an image of the Madonna in the water. Subsequently, a small oratory (that incorporated the thermal source) was build, and a few years later this was enlarged and became a church, with an annexed convent of the Augustinians. This sequence adheres to the typical Marian apparitions stories and legends, but there is more to it. In the Counter-reformation period, this story was used by the local erudite historian and bishop Giacomo Filippo Tomasini to justify the presence of the Augustinians and to testify the importance of the monastery and its miraculous thermal water. His printed book on the history of the Madonna of Monteortone (1644) suggests a more effective healing power of the Monteortone thermal water, due to its sacred feature, than that of the famous and nearby Abano spas. Moreover, this book and other historical sources attest the attempt to delimitate the fields of medicine and religion – a  process, carried out by medical and religious authorities, that was not always successful. I will discuss this case study in order to demonstrate the long history of the overlap between medical and religious aspects in the development of thermal sources and spas; moreover, I will underline the rhetorical aspects and the common propaganda features of treatises on spas, written by physicians or clerics.

 

« Out of Time: Temporality and Confessional Relations in an International Spa Town »

Liesbeth Corens (Queen Mary – University of London)

Spa, a little town, hidden deep in the Ardennes, has for centuries attracted international visitors by virtue of its acidic waters. It was a place of retreat and détente, where rivalries between nations and confessions were seemingly put on hold, for the sake of healthcare. This paper takes that temporal coexistence as starting point. Foregoing retrospective assumptions of ‘Enlightened’ values, it looks at the concrete motivations and practices by which coexistence was made possible. Bracketing out disputes for the time of the health retreat, interwoven calendars, and fluctuating priorities all ensured that this town, which promised a time out of daily preoccupations, was, nonetheless, very firmly of its time.