Archives de catégorie : Séances 2021

Séance du lundi 7 juin 2021

Arts et politique dans les cités thermales
Lieu : Séance en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Katleen Vermeir & Ronny Heiremans (artists) and Luke Mason (legal philosopher) :   « 7 Walks (a re-enactment in the city of Spa): the art of governing natural and cultural resources  »
  • Théophile Bonjour (Année de préparation au doctorat – EHESS / CNSMDP) :  « Pratiques et économie de la musique à Aix-les-Bains de 1824 à 1914 : l’exploitation de l’eau minérale par les distractions musicales »

***

« 7 Walks (a re-enactment in the city of Spa): the art of governing natural and cultural resources » 

Katleen Vermeir & Ronny Heiremans (artists) and Luke Mason (legal philosopher)

7 Walks is a cross-disciplinary research project that addresses the question of ownership. It originated in Spa, a small Belgian city that became famous for its healing ferruginous water sources. Since the 16th century its water has been exported throughout Europe and beyond. Spa became known as the ‘café de l’Europe’. It was a place where contrasting artistic and political visions were informally debated by kings, tzars, artists, politicians and philosophers on their way to ‘take the waters’ at the sources.
The project develops public walks as a performative research method. Walking has an extensive philosophical, literary and artistic tradition. Vermeir & Heiremans and Mason explore whether a creative re-imagining of legal concepts can enable a more sustainable way to govern natural and artistic resources. How water is currently governed functions as case studies for the walks which can inspire to consider art as an ‘ecology’, in which all stakeholders are interdependent.
Is access to art as essential as access to water? The current health crisis has given this question its sense of urgency. How can we creatively re-imagine a concept such as ‘ownership’ and thereby re-distribute added value, so that it can (partially) flow back to its source…

 

« Pratiques et économie de la musique à Aix-les-Bains de 1824 à 1914 : l’exploitation de l’eau minérale par les distractions musicales »

Théophile Bonjour (Année de préparation au doctorat – EHESS / CNSMDP)

Dans les stations thermales européennes au XIXe siècle, outre le développement d’établissements proposant bains, douches, buvettes et divers soins, on assiste à une période de forte vitalité économique du secteur de l’accueil (hôtels, chambres d’hôtes), de la restauration (restaurants, cafés) et des distractions (cercles, casinos, théâtres). L’économie musicale thermale relève, à l’époque, quasiment exclusivement de ce dernier secteur. Le projet est ici d’évaluer la conception économique, par les dirigeants économiques et politiques thermaux, des concerts et des représentations d’opéra, au cours de cette période charnière. Plusieurs auteurs étudient à la même époque des notions d’économie politique applicables aux pratiques musicales dans la ville thermale. Ils théorisent par exemple la notion d’exploitation, comprise ici comme l’exploitation d’une ressource naturelle, telle que l’eau minérale. Cette exploitation passe par le développement de secteurs annexes à l’activité principale des stations, destinés à fixer les consommateurs dans la ville thermale. Ainsi, le monde musical de la station se retrouve au cœur des nombreuses problématiques que soulève l’exploitation, à des fins commerciales, des ressources naturelles par l’industrie thermale et touristique.

Le terrain est celui de la station d’Aix-les-Bains, en Savoie, puisque son développement constitue un exemple typique des enjeux politiques, économiques et diplomatiques du thermalisme en Europe, les thermes d’Aix appartenant directement à l’État. D’une part, l’économie de la Savoie, territoire qui compte plusieurs stations thermales (Thonon, Évian, Saint-Gervais, par exemple), repose, pour partie, sur le thermalisme au XIXe siècle (et, de nos jours encore, sur le secteur touristique). D’autre part, le développement d’Aix lorsque la Savoie appartient au Royaume de Sardaigne (dont la capitale de facto est Turin) constitue un enjeu politique pour le gouvernement sarde au moment de négocier avec Napoléon III son aide pour faire l’unité italienne, en échange, notamment, du rattachement de la Savoie à la France, effectif en 1860. Des sources économiques de plusieurs établissements de distractions sont conservées aux archives municipales d’Aix. L’étude des documents comptables, de la correspondance et des comptes-rendus de conseils d’administration et municipaux permettra d’identifier quelle est la vision des dirigeants économiques et politiques de l’activité musicale qu’ils financent et organisent.

Séance du jeudi 20 mai 2021 (16h/18h)

Satire politique et thermalisme dans les aires britannique et germanique
Lieu : Séance en ligne sur Zoom

 

« La représentation de Marienbad dans les cartes postales (humoristiques) illustrées au tournant du XIXe et du XXe siècle »

Anne-Sophie Gomez (CELIS, Université Clermont Auvergne)

À la fin du XIXe siècle, Marienbad est une station thermale prisée qui appartient, avec Karlsbad et Franzensbad, au « triangle thermal de la Bohême occidentale ». Mon intervention interrogera la réputation de cosmopolitisme de la station thermale centre-européenne au regard de la représentation picturale de cette muticulturalité certes revendiquée, aujourd’hui encore[1], dans les argumentaires publicitaires mais loin d’avoir été exempte de clichés antisémites et grossophobes. Cela se manifeste notamment dans les cartes postales illustrées qui furent largement diffusées au tournant du XIXe et du XXe siècle. Pour ce qui est de l’antisémitisme et de son reflet dans les cartes postales expédiées depuis les lieux de villégiature, la tendance est loin d’être isolée et touche également les stations balnéaires de la mer du nord[2]. À Marienbad, les Juifs sont certes tolérés l’été, mais se heurtent à un violent rejet hivernal (Winterantismetismus)[3]. Quant à la représentation de l’obésité, elle est encouragée par l’élaboration, par le professeur Schindler à Marienbad, de pilules venant à l’appui d’un traité intitulé « Traitement curatif et préservatif de l’obésité et de ses suites aux eaux de Marienbad », traduit et publié en France en 1869[4]. Nous verrons ainsi comment l’image vendue comme un inoffensif souvenir de vacances (Gruss aus Marienbad / « Salutations de Marienbad ») sert à la fois la publicité touristique et thermale et une idéologie aux conséquences funestes, basée sur le dénigrement physique.

[1] On peut par exemple lire, sur le site www.visitczechrepublic.com « En vous promenant dans le centre de Mariánské Lázně, que vous connaissez sans doute sous son nom allemand de Marienbad, vous aurez l’impression de revenir un siècle en arrière comme par un coup de baguette magique. Les thermes luxueux sont entourés de parc fleuris où leurs visiteurs peuvent paresser en sirotant leurs tasses pleines d’eau issue d’une des fameuses sources de la ville. Partez vous aussi à la découverte d’une ville qui, au temps de sa plus grande gloire, accueillait les hommes d’État et les artistes les plus célèbres, et qui, aujourd’hui encore, fait partie des plus belles villes thermales d’Europe ».

[2] Voir sur ce point : Oliver SCHULZ, « Baignades indésirables. L’antisémitisme dans les stations balnéaires en Allemagne sous l’Empire allemand », Sociopoétiques [En ligne], n°5, mis à jour le : 07/11/2020, URL : https://revues-msh.uca.fr:443/sociopoetiques/index.php?id=1164.

[3] Voir Mirjam Zadoff, Nächstes Jahr in Marienbad. Gegenwelten jüdischer Kulturen der Moderne, Vandenhoeck & Ruprecht 2007.

[4] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5783892t

****************

« Dynamiques sociales, culturelles et corporelles d’une cure à Bath : une approche graphique et satirique du thermalisme aux 18e-19e siècles en Grande Bretagne »

Brigitte Friant-Kessler (Université Polytechnique des Hauts de France, Valenciennes) 


Comme l’a montré Fiona Hashlam dans son ouvrage From Hogarth to Rowlandson. Medicine in Art, Thomas Rowlandson est resté célèbre pour ses estampes où l’imaginaire médical et social se déploient à l’envi, depuis les parturientes à la reprise du topos classique de la Danse macabre. Rowlandson était contemporain de James Gillray, et du début des Cruikshank. On songe ainsi, notamment, à la représentation du monstre de la goutte qui attaque violemment un pied par Gillray (1799) ou encore les affres des maux de tête croqués par G. Cruikshank (1819). Rowlandson est souvent qualifié de caricaturiste des moeurs parce qu’il met l’accent sur le bas-comique et la truculence (voir High Spirits 2015-2016). Il ne s’intéresse pas seulement au corps en prise à la douleur, à la maladie ou à la mort, mais également à la façon dont son style peut communiquer le mouvement et mobilité. Ses nombreuses scènes de sujets dégringolant les escaliers sont à cet égard presque des précurseurs de la chronophotographie de Muybridge jusqu’à Duchamp.
La série d’estampes « Comforts of Bath » (1798) – et les vers du poète Anstey qui furent publiés en parallèle — et qui feront l’objet de mon intervention, ne sont pas une exception à cet égard. Ville emblématique du thermalisme durant tout le 18e siècle et bien au-delà, Bath et ce que Rowlandson nomme de manière facétieuse ses « Comforts », c’est à dire ses moments récréatifs, cristallisent une attention toute particulière sur les plaisirs mondains donnés à voir comme étant populaires, sans être pour autant à la portée de tout le monde. Il y a du Smollett dans la palette de Rowlandson et la tonalité est résolument satirique. Que nous dit cette série d’estampes sur le thermalisme à l’époque ? sur les corps malades et infirmes qui se rendent à Bath ? et sur le microcosme des curistes ? Elle met, entre autres, en exergue un paradoxe, qui, pour le plus grand plaisir du regardeur, s’appuie sur la mobilité et le mouvement corporels. Plus les mouvements du corps sont a priori restreints et déstabilisés (chaise roulante, pied encombré de gros bandages à cause de la goutte, perte d’équilibre, chutes), plus les échanges et les formes de sociabilité des curistes sont transformées en un spectacle animé, donnant lieu à un véritable carnaval social et drolatique, mais non moins mordant et critique.

Séance du lundi 10 mai 2021 (16h30-18h30)

Thermalisme et sociabilités féminines
Séance commune avec le GIS Sociabilités/Sociability du long dix-huitième siècle (1650-1850)
Lieu : Séance en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

***

Table ronde avec Annick Cossic (HCTI, Université de Bretagne Occidentale), Elaine Chalus  (University of Liverpool) et Rachael Johnson (Kingston University).

***

“Spa Sociability and the Reformation of the Nation: the Case of Hannah More in Georgian Bath (1792-1802)”

Annick Cossic (Université de Bretagne Occidentale)

Hannah More, a British woman of letters, who belonged to the second generation of Bluestockings, lived for about ten years in Bath where she shared a house with her sisters at 76, Great Pulteney Street, which thus became her winter residence. This paper will examine the tension that she experienced between spa sociability and its round of pleasures, on the one hand, and the moral, religious and political crusades that she embarked upon, on the other hand. Through the various letters that she wrote from Bath or its vicinity, it will assess the role of spa sociability in both encouraging political conservatism at the time of the French Revolution and favouring the emergence of an original model of social interaction, a philanthropic one. In spite of the founding utopia of social harmony at the heart of the Palladian redesigning of the ‘Queen of watering places,’ Bath was not exempt from conflicts and controversies. Hannah More’s reinvention of spa sociability along philanthropic lines – an undertaking encouraged by her illustrious friend, William Wilberforce – occurred in a context that exacerbated them.

 

“Our Friends at Bath: Sociability and Politics at the Spa”

Elaine Chalus (University of Liverpool)

At the beginning of April in 1767, a week before Parliament rose for the Easter recess, Lady Rockingham, who was in Bath for her health, received a political request from her husband in London. How many — he wanted to know — of ‘our Friends’ were in Bath? Could she find out through her socialising and let him know? And could she please impress upon those ‘Friends’ the importance of being in Parliament for the debate on the 14th? Rockingham and his supporters, then in Opposition, were hoping to defeat the government on the penultimate day of term and put a stop to the parliamentary inquiry into the affairs of the East India Company. As Rockingham explained to his wife: ‘Administration have always much advantage when the House is thin. Administration can easier keep their Followers in Town than we can keep the many Individuals who, if present would Vote with us.’ In 1767 the joint benefits of increased turnpiking and the introduction of the new Bath Flying Coach had shortened the trip to London to less than twenty-four hours, so politicians could readily enjoy the comforts of the spa and still return to Parliament quickly when required.

Lady Rockingham was an experienced political operator by the 1760s and this was by no means the first time that she had acted as ‘whip’ for her husband. Nor would it be the first, or the last, time that she turned her presence at the spa to political ends. Bath was popular with eighteenth-century politicians and its conveniently social ethos could be used to gather information, woo supporters, and build networks and alliances. This paper considers several of Lady Rockingham’s socio-political interventions between c.1760 and 1780 and suggests that the spa town was particularly well suited to the exercise of political sociability .

 

“Bell Causey at Tunbridge Wells: Master of Ceremonies, Matchmaker, or Pimp?”

Rachael Johnson (Kingston University)

In The Tunbridge Wells Guide of 1784, Bell Causey is described as ‘a fine but very large woman’ who ‘directed the company’ at this increasingly fashionable Kentish spa ‘in all their pleasures and amusements’. Acting as a de facto Master of Ceremonies, Causey managed the entertainments at Tunbridge Wells between 1725 and 1735, being secure enough in her position to hold off the famous Master of Ceremonies of Bath, Richard ‘Beau’ Nash, who coveted the position for himself. Whilst seemingly formidable – she apparently ‘hustle[d]’ the company ‘as they do chickens, to any place and for any purpose she wanted them for’ – guidebook writers defamed Causey, suggesting that she was the leader of a gang of prostitutes. In this paper, I will consider the portrayal of Causey in The Tunbridge Wells Guide of 1784, asking why its writers felt the need to offer such a slanderous account. Who was the real Bell Causey? What was her role at this fashionable spa? Why is she mentioned in only one of Tunbridge Wells’s Georgian history books? Was there an attempt to erase the spa’s first de facto Master of Ceremonies from history?

Séance du jeudi 8 avril 2021 (16h-18h)


Thermalisme dans les espaces coloniaux : le cas des Caraïbes
Séance commune avec le séminaire “Histoire politique des sciences” de l’IHMC
Lieu : Séance en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Amanda E. Herbert (Folger Shakespeare Library, Washington DC) : « Spa Medicine and Body Politics in the British Atlantic »
  • François Regourd (Mondes Américains – ESNA, Université Paris Nanterre) : « Les eaux thermales dans les colonies antillaises françaises du XVIIIe siècle »

 

« Spa Medicine and Body Politics in the British Atlantic »

Amanda E. Herbert (Folger Shakespeare Library, Washington DC) :

In Holinshed’s famous sixteenth-century Chronicles, arguably the first compendium of the British Isles, Holinshed described spas as open to a heterogeneous group of people, where people of “all degrees,” could claim right to the health benefits thought to be engendered in mineral spring waters. Two hundred years later, Holinshed’s theory was put to a certain kind of test when a Black man decided to soak in a mineral spring outside of Charlestown in the British colony of Nevis. Holinshed’s political discourse and its subsequent practice in the lived experience of this Black man show how British colonizers sought to claim, understand, and use mineral spas as tools of empire. Drawing upon metropolitan discourses that mineral springs were a kind of “curative commons,” available to all people, colonizers emphasized how useful they could be in Caribbean spaces. But as we will see, free and enslaved Black people also used mineral waters, in their own ways, to their own ends, and for purposes that could run counter to imperial aims.

 

« Les eaux thermales dans les colonies antillaises françaises du XVIIIe siècle »

François Regourd (Université Paris Nanterre, ESNA – UMR Mondes Américains)

Les colonies des Antilles françaises, au premier rang desquelles figurait Saint-Domingue (actuelle Haïti) n’ont pas échappé à l’engouement du XVIIIe siècle pour les eaux minérales et leurs vertus. Un certain nombre de sources firent l’objet d’études et d’analyses, à l’instar de ce qui se pratiquait alors en Europe et dans l’ensemble du monde atlantique : face aux maladies tropicales qui décimaient les colons et les troupes dès leur arrivées dans les îles, les eaux minérales antillaises furent longtemps présentées comme un remède efficace et donnèrent lieu à des aménagements parfois importants, sous l’œil des administrateurs et des médecins. Plus largement, ces études chimiques et ces critiques médicales s’inscrivaient également dans des logiques sociales et savantes qui font des eaux minérales un lieu d’observation particulièrement intéressant des pratiques scientifiques de ces périphéries atlantiques.

Séance du jeudi 11 mars 2021 (16h/18h)

Politiques thermales en France au début du XIXe siècle
Lieu : Séance en ligne sur Zoom (lien sur demande aux organisateurs – cliquez ici)

  • Olivier Faure (LARHRA, Université Jean Moulin – Lyon 3) : « Un thermalisme populaire dans la première moitié du XIXe siècle »
  • Steve Hagimont (CERTOP, Université de Versailles-Saint-Quentin) : « Le rôle des eaux thermales dans les politiques de développement territorial (Pyrénées, première moitié du XIXe siècle) »

 

« Un thermalisme populaire dans la première moitié du XIXe siècle »

Olivier Faure (LARHRA, Université Jean Moulin – Lyon 3)

Au moment où, après la Révolution, se réorganise l’exploitation des eaux minérales, on voit, à condition d’y prêter attention[1], apparaître auprès des sources d’autres silhouettes que celle du curiste aristocratique et bourgeois : celle du paysan voisin venant remplir à la source ses vases ou ses tonneaux ; celle de l’homme ordinaire qui vient aux sources proches le matin avant de retourner à ses occupations quotidiennes ; celle enfin du pauvre, arrivé là muni d’un certificat d’indigence et de secours de route. Ces populations diverses et pas toujours faciles à distinguer, constituent les trois visages de ce que j’appelle le thermalisme populaire. Outre la modestie de la condition sociale de ceux qui s’y livrent, de trop rares indices permettent de suggérer, au moins à titre d’hypothèse, que ces curistes auraient pu faire des eaux un usage différent de celui recommandé par les médecins et inscrit dans les codes sociaux. En revanche, notre documentation est prolixe sur les tentatives entreprises pour encadrer ces « clients » un peu particulier, limiter leur présence, voire même les exclure et les réactions vives que provoquèrent ces initiatives, comme si l’accès aux eaux était un droit. 

[1] Ce que n’a pas fait l’historiographie du thermalisme, même la plus récente.

 

« Le rôle des eaux thermales dans les politiques de développement territorial (Pyrénées, première moitié du XIXe siècle) »

Steve Hagimont (CERTOP, Université de Versailles-Saint-Quentin)

A l’exemple d’autres ressources tirées de la nature, l’exploitation des eaux thermales s’intensifie à la fin du XVIIIe siècle. L’action des pouvoirs publics, locaux, provinciaux et nationaux est alors décisive. Cette communication vise à revenir sur cette politique de développement territorial menée à partir des eaux pyrénéennes. Après avoir rappelé un certain nombre d’épisodes et de controverses concernant la bonne manière de mettre en valeur les eaux et toute la nature alentours, nous reviendrons sur une série de rapports annuels adressés par le médecin inspecteur des eaux d’Ax au préfet de l’Ariège, dans les années 1840 et 1850. Bien plus qu’une simple description des eaux, dont il parle finalement très peu, le médecin dresse un portrait minutieux de l’économie ariégeoise, des dynamiques des diverses activités et de leurs relations avec les ressources environnementales, pour montrer, rapport après rapport, que le thermalisme et le tourisme sont la meilleure spécialisation économique possible pour l’avenir des montagnes. Ces rapports sont très révélateur des rapports entretenus entre le thermalisme, l’environnement et l’économie. 

Séance du mardi 9 février 2021 (10h/12h)

Institutionnalisation des savoirs chimiques et thérapeutiques
Séance commune avec le séminaire « Histoire des savoirs à l’époque moderne »
Lieu : Séance en ligne sur Zoom

  • Armel Cornu-Atkins (Université d’Uppsala, Suède) : « Les critères d’évaluation d’une eau minérale au XVIIIe siècle : entre chimie, médecine et commerce »
  • Isabelle Robin (CRM, Sorbonne Université) : « Un médecin et les eaux minérales. Savoirs, pratiques et usages au début du XVIIIe siècle. »

Cliquez ici pour vous inscrire à la séance

« Les critères d’évaluation d’une eau minérale au XVIIIe siècle : entre chimie, médecine et commerce »

Armel Cornu-Atkins (Université d’Uppsala, Suède)

Évaluer la qualité d’une eau minérale est une opération délicate, lourde d’enjeux scientifiques comme sociaux. Ma communication vise à décrire les difficultés rencontrées par les savants des Lumières lors de leurs analyses, et à montrer en quoi ces obstacles contribuent à créer un protocole d’évaluation qui devient essentiel au commerce bourgeonnant des eaux.

Les eaux minérales du XVIIIe siècle sont distribuées et employées comme remèdes. Leur popularité inquiète à la fois les autorités médicales et les pouvoirs publics, qui ne reçoivent que trop souvent des plaintes concernant les abus de ce commerce. Un besoin d’établir un système d’évaluation fiable se fait ressentir. Un tel système se doit de produire une description scientifique de l’eau en question, la désignant comme possédant de véritables propriétés médicinales, et par conséquent méritante de faire partie du réseau des eaux françaises.

Médecins comme chimistes s’attellent à la tâche, tentant de surmonter par un protocole strict la nature inconstante et volatile des eaux minérales. Leurs résultats doivent être convaincants, car nombreux sont ceux qui ont beaucoup à perdre si une eau se révèle insuffisante. Ces savants doivent négocier les intérêts particuliers avec ceux des autorités gouvernementales, tout en conservant leur propre identité disciplinaire. Des complexités de cette négociation naît un nouvel élan scientifique autour de l’analyse des eaux minérales.

 

« Un médecin et les eaux minérales. Savoirs, pratiques et usages au début du XVIIIe siècle »

Isabelle Robin (CRM, Sorbonne Université)

Dans une histoire très ample du développement du thermalisme et des usages thérapeutiques des eaux en Europe moderne, je propose de m’arrêter au tout début du XVIIIe siècle sur un médecin afin tenter d’appréhender le point de vue d’un individu, partie prenante de ces savoirs. A cette époque, la curiosité toujours plus aiguisée des chimistes pour la composition de ces eaux le dispute aux prescriptions des médecins qui ont fait une place aux eaux en boisson, et de plus en plus sous forme de bains, entre le régime de vie et les remèdes. L’usage de ces eaux ressort également de la banalisation des remèdes chimiques, à base de métaux et de sels. Enfin, l’engouement du public pour les eaux et les séjours aux eaux ne se dément pas et continue à se développer.

A bien des égards, Etienne François Geoffroy peut constituer un exemple intéressant pour questionner de façon simultanée les savoirs sur les eaux thermales et les pratiques thérapeutiques. Comme chimiste, il a pratiqué, quoique de façon limitée, l’analyse des eaux et surtout pris connaissances des travaux d’autres savants sur le sujet dans les premières décennies du XVIIIe siècle. Comme praticien, il a prescrit les eaux minérales à des fins curatives à bon nombre de ses patients. Il s’agira donc d’examiner d’une part les savoirs chimiques et savants qu’il peut mobiliser, d’autre part, de rendre compte de ses expériences personnelles et professionnelles des eaux thermales.

Cliquez ici pour vous inscrire à la séance

Séance du vendredi 15 Janvier 2021 (15h/18h)

Stratégies commerciales : l’eau dans tous ses états
Séance commune avec le séminaire « Histoire de la médecine, des savoirs sur le corps et de la mort »
Lieu : Séance en ligne (lien sur demande)

« Bains liquides ou bains de vapeurs : concurrences thérapeutique et commerciale entre deux états de l’eau (France – premier XIXe siècle) »

Mathilde Martinais (ICT, Université de Paris)

Entendu comme « l’immersion d’un corps dans un fluide quelconque » (Guietand George, Essai d’un mémoire raisonné sur l’usage et la propriété des bains de vapeur, Paris, Le Becq, an X, p. 4), le bain s’administre dans la France du premier XIXe siècle non seulement sous forme liquide mais également sous forme vaporeuse, et ce de façon croissante. Les établissements offrant ce dernier type d’immersions à des fins thérapeutiques se multiplient alors dans les villes (Paris, Lyon, Toulouse, Reims). Des vapeurs d’eau chargées en minéraux y sont administrées à l’aide de diverses machines pour notamment guérir les dartres, la goutte, les rhumatismes ou encore la paralysie. Ce sont ces mêmes maladies que les cures thermales se proposent de soigner grâce à des bains traditionnels. Se dessine alors une concurrence entre deux thérapeutiques agissant pourtant différemment : alors que la vapeur stimule le mouvement excentrique des fluides corporels, les bains liquides, au contraire, favorisent leur concentration sur les organes internes. Cette dynamique serait la cause de la dégradation de l’état de santé des patients se rendant aux eaux à en croire les rédacteurs de brochures promouvant les établissements fumigatoires. Partiellement justifiées par des arguments médicaux, ces accusations relèvent surtout du topos dissimulant les véritables enjeux commerciaux qui mettent aux prises deux cures proches et souvent complémentaires. Celles-ci sont d’ailleurs réunies dans l’établissement balnéo-fumigatoire du médecin lyonnais Toussaint Rapou, dont le cas met en évidence la dimension économique de la concurrence entre ces deux thérapeutiques.

***************

« La pharmacie Gosse et les eaux minérales artificielles à Genève (1789-1805) »

Philip Rieder (IEH2, Université de Genève)

L’engouement pour les eaux-minérales est attesté par différentes sources à la fin de l’Ancien Régime. Les médecins en confèrent longuement avec des malades avant de les envoyer faire une cure ou de leur proposer de boire des eaux issues d’une source choisie avec soin. Comment cette mode s’intègre-t-elle dans les pratiques de consommation médicamenteuse ? Que consomment, au final, les malades ? Quelles sont les enjeux financiers ? Dans quelle mesure les eaux-minérales factices répondent-elles à cette demande ?

Ces questions, et bien d’autres encore, seront abordées au travers de l’étude des différentes entreprises de Henri Albert Gosse, un chimiste et pharmacien genevois qui ouvre sa boutique en 1789 et crée, en 1790, avec ses associés Paul et Schweppe, une Compagnie de production d’eaux minérales factices. Le livre de comptes de la pharmacie, de fait les comptes de clients qui achètent à crédit, permet de reconstituer les achats fait par des clients à la pharmacie. Les sources relatives aux activités de la Compagnie des eaux sont l’occasion de reconstituer les projets techniques et chimiques de la Société, ainsi que ses objectifs économiques et ses prises de position médicales.