Séance du jeudi 20 mai 2021 (16h/18h)

Satire politique et thermalisme dans les aires britannique et germanique
Lieu : Séance en ligne sur Zoom

 

« La représentation de Marienbad dans les cartes postales (humoristiques) illustrées au tournant du XIXe et du XXe siècle »

Anne-Sophie Gomez (CELIS, Université Clermont Auvergne)

À la fin du XIXe siècle, Marienbad est une station thermale prisée qui appartient, avec Karlsbad et Franzensbad, au « triangle thermal de la Bohême occidentale ». Mon intervention interrogera la réputation de cosmopolitisme de la station thermale centre-européenne au regard de la représentation picturale de cette muticulturalité certes revendiquée, aujourd’hui encore[1], dans les argumentaires publicitaires mais loin d’avoir été exempte de clichés antisémites et grossophobes. Cela se manifeste notamment dans les cartes postales illustrées qui furent largement diffusées au tournant du XIXe et du XXe siècle. Pour ce qui est de l’antisémitisme et de son reflet dans les cartes postales expédiées depuis les lieux de villégiature, la tendance est loin d’être isolée et touche également les stations balnéaires de la mer du nord[2]. À Marienbad, les Juifs sont certes tolérés l’été, mais se heurtent à un violent rejet hivernal (Winterantismetismus)[3]. Quant à la représentation de l’obésité, elle est encouragée par l’élaboration, par le professeur Schindler à Marienbad, de pilules venant à l’appui d’un traité intitulé « Traitement curatif et préservatif de l’obésité et de ses suites aux eaux de Marienbad », traduit et publié en France en 1869[4]. Nous verrons ainsi comment l’image vendue comme un inoffensif souvenir de vacances (Gruss aus Marienbad / « Salutations de Marienbad ») sert à la fois la publicité touristique et thermale et une idéologie aux conséquences funestes, basée sur le dénigrement physique.

[1] On peut par exemple lire, sur le site www.visitczechrepublic.com « En vous promenant dans le centre de Mariánské Lázně, que vous connaissez sans doute sous son nom allemand de Marienbad, vous aurez l’impression de revenir un siècle en arrière comme par un coup de baguette magique. Les thermes luxueux sont entourés de parc fleuris où leurs visiteurs peuvent paresser en sirotant leurs tasses pleines d’eau issue d’une des fameuses sources de la ville. Partez vous aussi à la découverte d’une ville qui, au temps de sa plus grande gloire, accueillait les hommes d’État et les artistes les plus célèbres, et qui, aujourd’hui encore, fait partie des plus belles villes thermales d’Europe ».

[2] Voir sur ce point : Oliver SCHULZ, « Baignades indésirables. L’antisémitisme dans les stations balnéaires en Allemagne sous l’Empire allemand », Sociopoétiques [En ligne], n°5, mis à jour le : 07/11/2020, URL : https://revues-msh.uca.fr:443/sociopoetiques/index.php?id=1164.

[3] Voir Mirjam Zadoff, Nächstes Jahr in Marienbad. Gegenwelten jüdischer Kulturen der Moderne, Vandenhoeck & Ruprecht 2007.

[4] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5783892t

****************

« Dynamiques sociales, culturelles et corporelles d’une cure à Bath : une approche graphique et satirique du thermalisme aux 18e-19e siècles en Grande Bretagne »

Brigitte Friant-Kessler (Université Polytechnique des Hauts de France, Valenciennes) 


Comme l’a montré Fiona Hashlam dans son ouvrage From Hogarth to Rowlandson. Medicine in Art, Thomas Rowlandson est resté célèbre pour ses estampes où l’imaginaire médical et social se déploient à l’envi, depuis les parturientes à la reprise du topos classique de la Danse macabre. Rowlandson était contemporain de James Gillray, et du début des Cruikshank. On songe ainsi, notamment, à la représentation du monstre de la goutte qui attaque violemment un pied par Gillray (1799) ou encore les affres des maux de tête croqués par G. Cruikshank (1819). Rowlandson est souvent qualifié de caricaturiste des moeurs parce qu’il met l’accent sur le bas-comique et la truculence (voir High Spirits 2015-2016). Il ne s’intéresse pas seulement au corps en prise à la douleur, à la maladie ou à la mort, mais également à la façon dont son style peut communiquer le mouvement et mobilité. Ses nombreuses scènes de sujets dégringolant les escaliers sont à cet égard presque des précurseurs de la chronophotographie de Muybridge jusqu’à Duchamp.
La série d’estampes « Comforts of Bath » (1798) – et les vers du poète Anstey qui furent publiés en parallèle — et qui feront l’objet de mon intervention, ne sont pas une exception à cet égard. Ville emblématique du thermalisme durant tout le 18e siècle et bien au-delà, Bath et ce que Rowlandson nomme de manière facétieuse ses « Comforts », c’est à dire ses moments récréatifs, cristallisent une attention toute particulière sur les plaisirs mondains donnés à voir comme étant populaires, sans être pour autant à la portée de tout le monde. Il y a du Smollett dans la palette de Rowlandson et la tonalité est résolument satirique. Que nous dit cette série d’estampes sur le thermalisme à l’époque ? sur les corps malades et infirmes qui se rendent à Bath ? et sur le microcosme des curistes ? Elle met, entre autres, en exergue un paradoxe, qui, pour le plus grand plaisir du regardeur, s’appuie sur la mobilité et le mouvement corporels. Plus les mouvements du corps sont a priori restreints et déstabilisés (chaise roulante, pied encombré de gros bandages à cause de la goutte, perte d’équilibre, chutes), plus les échanges et les formes de sociabilité des curistes sont transformées en un spectacle animé, donnant lieu à un véritable carnaval social et drolatique, mais non moins mordant et critique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.