Séance du jeudi 11 mars 2021 (16h/18h)

Politiques thermales en France au début du XIXe siècle
Lieu : Séance en ligne sur Zoom (lien sur demande aux organisateurs – cliquez ici)

  • Olivier Faure (LARHRA, Université Jean Moulin – Lyon 3) : « Un thermalisme populaire dans la première moitié du XIXe siècle »
  • Steve Hagimont (CERTOP, Université de Versailles-Saint-Quentin) : « Le rôle des eaux thermales dans les politiques de développement territorial (Pyrénées, première moitié du XIXe siècle) »

 

« Un thermalisme populaire dans la première moitié du XIXe siècle »

Olivier Faure (LARHRA, Université Jean Moulin – Lyon 3)

Au moment où, après la Révolution, se réorganise l’exploitation des eaux minérales, on voit, à condition d’y prêter attention[1], apparaître auprès des sources d’autres silhouettes que celle du curiste aristocratique et bourgeois : celle du paysan voisin venant remplir à la source ses vases ou ses tonneaux ; celle de l’homme ordinaire qui vient aux sources proches le matin avant de retourner à ses occupations quotidiennes ; celle enfin du pauvre, arrivé là muni d’un certificat d’indigence et de secours de route. Ces populations diverses et pas toujours faciles à distinguer, constituent les trois visages de ce que j’appelle le thermalisme populaire. Outre la modestie de la condition sociale de ceux qui s’y livrent, de trop rares indices permettent de suggérer, au moins à titre d’hypothèse, que ces curistes auraient pu faire des eaux un usage différent de celui recommandé par les médecins et inscrit dans les codes sociaux. En revanche, notre documentation est prolixe sur les tentatives entreprises pour encadrer ces « clients » un peu particulier, limiter leur présence, voire même les exclure et les réactions vives que provoquèrent ces initiatives, comme si l’accès aux eaux était un droit. 

[1] Ce que n’a pas fait l’historiographie du thermalisme, même la plus récente.

 

« Le rôle des eaux thermales dans les politiques de développement territorial (Pyrénées, première moitié du XIXe siècle) »

Steve Hagimont (CERTOP, Université de Versailles-Saint-Quentin)

A l’exemple d’autres ressources tirées de la nature, l’exploitation des eaux thermales s’intensifie à la fin du XVIIIe siècle. L’action des pouvoirs publics, locaux, provinciaux et nationaux est alors décisive. Cette communication vise à revenir sur cette politique de développement territorial menée à partir des eaux pyrénéennes. Après avoir rappelé un certain nombre d’épisodes et de controverses concernant la bonne manière de mettre en valeur les eaux et toute la nature alentours, nous reviendrons sur une série de rapports annuels adressés par le médecin inspecteur des eaux d’Ax au préfet de l’Ariège, dans les années 1840 et 1850. Bien plus qu’une simple description des eaux, dont il parle finalement très peu, le médecin dresse un portrait minutieux de l’économie ariégeoise, des dynamiques des diverses activités et de leurs relations avec les ressources environnementales, pour montrer, rapport après rapport, que le thermalisme et le tourisme sont la meilleure spécialisation économique possible pour l’avenir des montagnes. Ces rapports sont très révélateur des rapports entretenus entre le thermalisme, l’environnement et l’économie. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.