Séance du lundi 7 juin 2021

Arts et politique dans les cités thermales
Lieu : Séance en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Katleen Vermeir & Ronny Heiremans (artists) and Luke Mason (legal philosopher) :   « 7 Walks (a re-enactment in the city of Spa): the art of governing natural and cultural resources  »
  • Théophile Bonjour (Année de préparation au doctorat – EHESS / CNSMDP) :  « Pratiques et économie de la musique à Aix-les-Bains de 1824 à 1914 : l’exploitation de l’eau minérale par les distractions musicales »

***

« 7 Walks (a re-enactment in the city of Spa): the art of governing natural and cultural resources » 

Katleen Vermeir & Ronny Heiremans (artists) and Luke Mason (legal philosopher)

7 Walks is a cross-disciplinary research project that addresses the question of ownership. It originated in Spa, a small Belgian city that became famous for its healing ferruginous water sources. Since the 16th century its water has been exported throughout Europe and beyond. Spa became known as the ‘café de l’Europe’. It was a place where contrasting artistic and political visions were informally debated by kings, tzars, artists, politicians and philosophers on their way to ‘take the waters’ at the sources.
The project develops public walks as a performative research method. Walking has an extensive philosophical, literary and artistic tradition. Vermeir & Heiremans and Mason explore whether a creative re-imagining of legal concepts can enable a more sustainable way to govern natural and artistic resources. How water is currently governed functions as case studies for the walks which can inspire to consider art as an ‘ecology’, in which all stakeholders are interdependent.
Is access to art as essential as access to water? The current health crisis has given this question its sense of urgency. How can we creatively re-imagine a concept such as ‘ownership’ and thereby re-distribute added value, so that it can (partially) flow back to its source…

 

« Pratiques et économie de la musique à Aix-les-Bains de 1824 à 1914 : l’exploitation de l’eau minérale par les distractions musicales »

Théophile Bonjour (Année de préparation au doctorat – EHESS / CNSMDP)

Dans les stations thermales européennes au XIXe siècle, outre le développement d’établissements proposant bains, douches, buvettes et divers soins, on assiste à une période de forte vitalité économique du secteur de l’accueil (hôtels, chambres d’hôtes), de la restauration (restaurants, cafés) et des distractions (cercles, casinos, théâtres). L’économie musicale thermale relève, à l’époque, quasiment exclusivement de ce dernier secteur. Le projet est ici d’évaluer la conception économique, par les dirigeants économiques et politiques thermaux, des concerts et des représentations d’opéra, au cours de cette période charnière. Plusieurs auteurs étudient à la même époque des notions d’économie politique applicables aux pratiques musicales dans la ville thermale. Ils théorisent par exemple la notion d’exploitation, comprise ici comme l’exploitation d’une ressource naturelle, telle que l’eau minérale. Cette exploitation passe par le développement de secteurs annexes à l’activité principale des stations, destinés à fixer les consommateurs dans la ville thermale. Ainsi, le monde musical de la station se retrouve au cœur des nombreuses problématiques que soulève l’exploitation, à des fins commerciales, des ressources naturelles par l’industrie thermale et touristique.

Le terrain est celui de la station d’Aix-les-Bains, en Savoie, puisque son développement constitue un exemple typique des enjeux politiques, économiques et diplomatiques du thermalisme en Europe, les thermes d’Aix appartenant directement à l’État. D’une part, l’économie de la Savoie, territoire qui compte plusieurs stations thermales (Thonon, Évian, Saint-Gervais, par exemple), repose, pour partie, sur le thermalisme au XIXe siècle (et, de nos jours encore, sur le secteur touristique). D’autre part, le développement d’Aix lorsque la Savoie appartient au Royaume de Sardaigne (dont la capitale de facto est Turin) constitue un enjeu politique pour le gouvernement sarde au moment de négocier avec Napoléon III son aide pour faire l’unité italienne, en échange, notamment, du rattachement de la Savoie à la France, effectif en 1860. Des sources économiques de plusieurs établissements de distractions sont conservées aux archives municipales d’Aix. L’étude des documents comptables, de la correspondance et des comptes-rendus de conseils d’administration et municipaux permettra d’identifier quelle est la vision des dirigeants économiques et politiques de l’activité musicale qu’ils financent et organisent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.