Séance du lundi 13 décembre (10h-12h)

Politiques touristiques des villes d’eaux Lieu : en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Laetitia Levantis (Aix-Marseille Université) : « Venise thermale : les bains dans le secteur hôtelier et dans les établissements privés de la seconde moitié du XIXsiècle »
  • Viviane Delpech (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : « Grands investissements, grands succès ? Politiques urbanistiques et patrimoniales des villes d’eaux dans les Pyrénées occidentales depuis le XIXe siècle »

***

« Venise thermale : les bains dans le secteur hôtelier et dans les établissements privés de la seconde moitié du XIXsiècle »

Laetitia Levantis (Aix-Marseille Université)

Au XIXe siècle, la littérature médicale vénitienne et européenne exaltant les qualités exceptionnelles du microclimat lagunaire de Venise est à l’origine de l’apparition d’un tourisme balnéaire dans le centre historique de la ville. Les diverses entreprises mises en œuvre par les médecins, les propriétaires d’hôtels, plus tard rejoints par l’investissement de particuliers, sont encouragées par l’administration autrichienne – à la tête de la ville depuis 1815 –, dans le but de renouveler l’offre touristique vénitienne. En plein âge d’or des lieux de cure et de l’hydrothérapie, la Sérénissime développe ainsi sa propre fonction balnéothérapique avec la création de nombreux établissements destinés à la médication par les eaux et au bain dans les canaux.  Se dessine alors les contours d’une « Venise thermale » au succès grandissant dans la seconde moitié du siècle, qui développe une offre importante en matière de soins à partir de ses propres ressources naturelles (eau lagunaire, algues, boues marines…) à destination de la clientèle aisée qui fréquente ses plus célèbres hôtels, ainsi que les nombreux établissements créés par des négociants ou industriels souhaitant participer à l’aventure des bains de Venise. J’évoquerai donc dans cette intervention l’offre thermale et hydrothérapique du secteur hôtelier vénitien, et des structures thérapeutico-balnéaires flottantes ancrées dans le Grand Canal, à l’image des bains de Lorenzo Chitarin à l’Abbazia di San Gregorio, ou de l’établissement de Francesco degli Antoni situé dans la zone de San Samuele, tout près du Palais Grassi.

« Grands investissements, grands succès ? Politiques urbanistiques et patrimoniales des villes d’eaux dans les Pyrénées occidentales depuis le XIXe siècle »

Viviane Delpech (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Au XIXe siècle, le phénomène thermal en Béarn et en Bigorre connaît une telle ampleur que les pouvoirs publics, qui le régulent depuis le Moyen Âge, y voient une manne providentielle pour assurer la vitalité économique de leur territoire. Dans le tourbillon frénétique de la « fièvre thermale », ces communautés de toutes tailles engagent avec enthousiasme de grands investissements visant à améliorer leurs prestations et leur confort, attirer les étrangers en villégiature et asseoir leur notoriété. À la croisée de la santé et des loisirs, cette industrie renouvelée exploite l’héritage romantique de la célébration de la nature tout en profitant de l’essor des libertés individuelles et de l’économie libérale. Relevant tout à la fois de l’intérêt général et d’enjeux financiers et politiques, les projets fomentés par les stations thermales pyrénéennes se composent, comme ailleurs, d’établissements de bains, de casinos, de parcs, de promenades, de lieux de dévotion et autres infrastructures. S’ils illustrent le dynamisme et le développement inespéré de terres traditionnellement agropastorales sous l’égide de grandes volontés politiques comme celle de Napoléon III, ces projets, colossaux pour les localités et les syndicats de vallée qui les portent, sont, en fonction de stratégies plus ou moins pertinentes, tour à tour garants de succès ou voués à l’échec. Traces matérielles d’une histoire prestigieuse, ils sont devenus de nos jours un riche et fragile patrimoine à transmettre, dépendant, là encore, de l’action politique autant que de la conscience mémorielle de la société civile.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.