Séance du jeudi 8 avril 2021 (16h-18h)


Thermalisme dans les espaces coloniaux : le cas des Caraïbes
Séance commune avec le séminaire “Histoire politique des sciences” de l’IHMC
Lieu : Séance en ligne (lien sur demande aux organisateurs)

  • Amanda E. Herbert (Folger Shakespeare Library, Washington DC) : « Spa Medicine and Body Politics in the British Atlantic »
  • François Regourd (Mondes Américains – ESNA, Université Paris Nanterre) : « Les eaux thermales dans les colonies antillaises françaises du XVIIIe siècle »

 

« Spa Medicine and Body Politics in the British Atlantic »

Amanda E. Herbert (Folger Shakespeare Library, Washington DC) :

In Holinshed’s famous sixteenth-century Chronicles, arguably the first compendium of the British Isles, Holinshed described spas as open to a heterogeneous group of people, where people of “all degrees,” could claim right to the health benefits thought to be engendered in mineral spring waters. Two hundred years later, Holinshed’s theory was put to a certain kind of test when a Black man decided to soak in a mineral spring outside of Charlestown in the British colony of Nevis. Holinshed’s political discourse and its subsequent practice in the lived experience of this Black man show how British colonizers sought to claim, understand, and use mineral spas as tools of empire. Drawing upon metropolitan discourses that mineral springs were a kind of “curative commons,” available to all people, colonizers emphasized how useful they could be in Caribbean spaces. But as we will see, free and enslaved Black people also used mineral waters, in their own ways, to their own ends, and for purposes that could run counter to imperial aims.

 

« Les eaux thermales dans les colonies antillaises françaises du XVIIIe siècle »

François Regourd (Université Paris Nanterre, ESNA – UMR Mondes Américains)

Les colonies des Antilles françaises, au premier rang desquelles figurait Saint-Domingue (actuelle Haïti) n’ont pas échappé à l’engouement du XVIIIe siècle pour les eaux minérales et leurs vertus. Un certain nombre de sources firent l’objet d’études et d’analyses, à l’instar de ce qui se pratiquait alors en Europe et dans l’ensemble du monde atlantique : face aux maladies tropicales qui décimaient les colons et les troupes dès leur arrivées dans les îles, les eaux minérales antillaises furent longtemps présentées comme un remède efficace et donnèrent lieu à des aménagements parfois importants, sous l’œil des administrateurs et des médecins. Plus largement, ces études chimiques et ces critiques médicales s’inscrivaient également dans des logiques sociales et savantes qui font des eaux minérales un lieu d’observation particulièrement intéressant des pratiques scientifiques de ces périphéries atlantiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.